Accueil  > Le jury  > Caroline CAYEUX

Caroline CAYEUX

Membre du jury

Maire de Beauvais, Sénateur de l’Oise, Présidente de la Communauté d’Agglomération du Beauvaisis et Présidente de « Villes de France », la fédération des villes et des agglomérations de France

Née le 1er novembre 1948, Caroline CAYEUX est mariée, mère de 3 enfants. Elle a 8 petits-enfants.

Juriste de formation, elle a été membre du cabinet d’Yvon Bourges, de 1970 à 1972. Titulaire d’une licence d’anglais et d’une maîtrise de droit, elle possède également un diplôme supérieur de droit international privé.

Enseignante, elle a commencé à s’occuper d’enfants en difficulté avant d’enseigner le droit et l’Anglais dans un lycée technique pendant plusieurs années. Elle a poursuivi sa carrière en dirigeant un Institut de Marketing et Communication, de 1

Déléguée nationale du RPR, Caroline CAYEUX fut chargée de l’organisation auprès du secrétaire national aux fédérations, puis en 1998 chargée des relations avec les fédérations pour les élections locales. Elle a été secrétaire départementale du RPR de l’Oise, jusqu’en 2002.980 à 1990, puis un organisme de formation professionnelle et de 3ème cycle, jusqu’en 1995.

En 2001, pour la première fois candidate aux élections municipales sur une ville de plus de 30 000 habitants, Caroline CAYEUX est élue Maire de Beauvais, puis réélue en 2008. Briguant un troisième mandat en 2014, elle est brillamment réélue au second tour avec plus de 57% des suffrages, lors d’une triangulaire.

Elle est élue Sénateur de l’Oise en 2011. Elle est également Présidente de la Communauté d’agglomération du Beauvaisis, Présidente de « Villes de France » (anciennement Fédération des Villes Moyennes) depuis le 19 juin 2014 et Présidente de l’Union des Grandes Villes de Picardie.

Elle a été Conseillère régionale de Picardie de 2002 à 2011 et Présidente de l’Association des Villes du Grand Bassin Parisien.

Caroline CAYEUX est Chevalier de la Légion d’Honneur et Officier de l’Ordre National du Mérite.

La devise de Caroline CAYEUX « Je préfère la conscience à la consigne » (Victor Hugo).

                                                                               

TOP